Philippines: l’eau potable un besoin criant!

Philippines: l’eau potable un besoin criant!

Après le passage du typhon Haiyan le 8 novembre dernier, L’ŒUVRE LÉGER fut l’une des premières organisations à être opérationnelle aux Philippines. Le directeur général de L’ŒUVRE LÉGER, qui était déjà en mission en Inde, et des bénévoles se sont rendus sur place peu de temps après la catastrophe.

« Jusqu’au 18 novembre, plus de 62 000 litres d’eau potable ont été distribués aux habitants des zones les plus sinistrées. Nos bénévoles travaillent sans relâche, dans  un environnement hostile, couchés sur le sol, avec une diète de survie.  Je ne les remercierai jamais assez pour leur dévouement! », raconte Norman MacIsaac, directeur général de L’ŒUVRE LÉGER, en direct de Tacloban.

En collaboration avec son partenaire ontarien GlobalMedic, L’ŒUVRE LÉGER travaille principalement à la purification et à la distribution d’eau potable aux sinistrés. Selon Norman MacIsaac, « c’est essentiel pour empêcher d’éventuelles épidémies! Pensons à l’épidémie de choléra, aux maladies comme la diarrhée et la lèpre qui ont augmenté après le séisme en Haïti.  Si vous pensez que l’eau n’est plus un problème dans les zones sinistrées, détrompez-vous!  Il s’agit d’un effort de prévention, basé sur les leçons apprises d’autres désastres naturels ». Le matériel d’assainissement de l’eau qui est utilisé a été qualifié d’ultraperformant par les secouristes internationaux.

Les actions de L’ŒUVRE LÉGER redonnent espoir aux sinistrés, mais surtout, elles assurent leur survie! « Si les files pour l’eau potable sont moins longues, c’est bon signe! Les Philippins ont fait des réserves et ils se sentent plus en sécurité. Ils savent que L’ŒUVRE LÉGER est là pour leur donner de l’eau potable», raconte Françoise Fortin, policière pour le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) et bénévole pour L’ŒUVRE LÉGER.

L’équipe d’intervention s’est organisée avec toutes les instances gouvernementales et internationales concernées pour s’insérer dans une stratégie concertée d’aide humanitaire. En plus, elle a mobilisé plusieurs ressources locales. Par exemple, la municipalité de Tacloban et la Croix-Rouge philippine ont prêté des camions citernes pour faciliter la distribution d’eau.  La ville de Tacloban a également identifié des points d’eau contaminés pour les chlorer et ensuite distribuer l’eau traitée à la population de Tacloban.

Soyez solidaires avec les sinistrés du  typhon Haiyan, donnez!

D’autres articles sur notre intervention aux Philippines seront publiés dans les prochains jours. Suivez notre blogue!

-Mélissa Cabana

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>