Fondateur

Cardinal Paul-Émile Léger

1904
Naissance de Paul-Émile Léger, le 25 avril à Valleyfield.

1925
Il entre au Grand Séminaire de Montréal.

1929-1932
Il est ordonné prêtre par l’archevêque de Montréal. Il fait son noviciat chez les Sulpiciens d’Issy-les-Moulineaux, près de Paris. Remarqué pour ses talents de communicateur, il est nommé professeur à l’Institut catholique de Paris.

1933-1939
Son rêve de devenir missionnaire se concrétise lorsque ses supérieurs lui demandent d’aller fonder un séminaire au Japon. En moins de six mois, il maîtrise la langue et prononce ses premières homélies en japonais alors qu’il n’a que 29 ans!

1939
La Seconde Guerre mondiale éclate et l’oblige à quitter le Japon.

1940-1947
De retour au Canada, il est nommé vicaire général du diocèse de Valleyfield.

1947-1950
Il repart vivre en Europe, où il occupe le poste de recteur du Collège canadien à Rome.

1948
Constatant la dévastation de l’Europe de l’après-guerre, il fonde sa première œuvre, La Croix d’or. Grâce à ses interventions, des bateaux entiers de vivres et de biens divers offerts par les Canadiens parviennent aux enfants italiens, français et allemands.

1950
Paul-Émile Léger revient au Canada. Le pape Pie XII le nomme archevêque de Montréal. Dès lors, et jusqu’en 1967, il anime l’émission « Le chapelet en famille » sur les ondes de CKAC.

1953
Il est le premier évêque de la ville de Montréal à être nommé cardinal. Il poursuit ses nombreux engagements auprès des plus démunis. Mobilisateur de talent, il fonde « La Grande corvée de Montréal » qui permettra de construire ou de rénover des institutions venant en aide à la population.

1963
Premier séjour en Afrique, afin de visiter les missions canadiennes. Touché par la souffrance des lépreux, il revient au Canada et recueille des fonds pour mieux les soigner. Ainsi, l’œuvre qui s’appelait alors Fame Pereo aura permis d’apporter une aide financière à 82 léproseries réparties dans 22 pays africains.

1967
Il pose un geste sans précédant dans l’histoire de l’Église : il renonce à son titre d’archevêque afin de devenir missionnaire en Afrique. Le 11 décembre, il quitte Montréal pour le Cameroun.

1967-1979
Il se consacre à développer des cliniques, hôpitaux, écoles et orphelinats dans plusieurs pays d’Afrique.

1979
De retour au Canada il poursuit sa mission auprès des plus démunis, malgré son état de santé inquiétant. Il rend visite à ses fidèles partenaires œuvrant maintenant sur trois continents et s’attarde aux besoins des plus démunis vivant au Canada.

1991
Paul-Émile Léger s’éteint le 13 novembre, après une vie remarquable vouée aux autres. Il laisse bien vivantes trois œuvres internationales, trois œuvres au Québec et une œuvre au service de l’international et du Québec qui verront à poursuivre sa mission contre la misère et pour la paix.

 

Distinctions

  • Compagnon de l’Ordre du Canada (1968). www.gg.ca/honours
  • Doctorats honoris causa (Droit, Lettres ou Théologie) de plusieurs universités.
  • Grand officier de l’Ordre national du Québec (1985). www.ordre-national.gouv.qc.ca
  • Médaille Pearson pour la paix, la toute première décernée par l’Association canadienne pour les Nations Unies (1979). www.unac.org

 

Pour en savoir plus

Biographies écrites par Micheline Lachance :
Tome 1, Paul-Émile Léger – Le Prince de l’Église (1904-1967)
Tome 2, Paul-Émile Léger – Le dernier voyage (1967-1991)

Sites :
http://archives.radio-canada.ca
www.diocesemontreal.org